Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02 janvier 2014

Jean-Michel Jarre, Charlotte Rampling : unis au cinéma comme dans la vie (1/07/1983)

1983,cinéma,charlotte rampling:: Article du Parisien Libéré :: L'utilisation des techniques les plus avant-gardistes ne lui ayant pas fait perdre le goût de l’artisanat, Jean-Michel Jarre vient d’acquérir avec Charlotte Rampling les droits d’un roman policier américain dont il compte composer la musique au fil de l’évolution du scénario, des ambiances et des dialogues. "Une notion chère à Sergio Leone et Federico Fellini qui ont toujours travaillé en étroite collaboration respectivement avec Ennio Morricone et Nino Rota", explique-t-il.
"Depuis dix ans, à mon sens, il n’y a pratiquement plus de thèmes qui méritent de passer à la posterité. Pour certains, ce genre de composition constitue même une simple illustration sonore. Pourtant si un metteur en scène consacre cinq années de sa vie à un long metrage, il devrait en être de même pour l’auteur de la bande originale !".
Ayant répondu par la négative aux offres des producteurs de "Superman" et des "James Bond". Jarre consacre une grande partie de son temps à la recherche des futurs partenaires de son aventure cinématographique. "Il ne s’agit pas pour moi de devenir producteur, précise-t-il, mais de réunir ceux qui désireront travailler avec nous. Charlotte se réserve bien entendu le rôle principal et nous n’avons encore cboisi ni le réalisateur ni le dialoguiste. Enfin, si les thèmes mélodiques auront une grande importance, il ne s’agira pas d’une comédie musicale !". A cette tâche, il va s’atteler tout l’été après avoir terminé un nouvel album. Pour l'instant, il ne pense qu’à cette soirée de mercredi dont tout le monde parle, au cours de laquelle va être vendu aux enchères à l’hôtel Drouot, par Pierre Cornette de Saint-Cyr, l’exemplaire unique de son disque Musique pour supermarché. "La matrice qui a servi à sa fabrication sera détruite au chalumeau le soir même. Et, malgré les offres qui me parviennent d’outre-Atlantique, je ne recommencerai jamais une telle expérience. Ce qui permettra à ce microsillon de faire office d’oeuvre d’art au même titre qu’un tableau".

00:00 Publié dans Interviews / Presse | | Tags : 1983, cinéma |  Facebook | | |

31 décembre 2013

Article du Monde sur Les Douze rêves du soleil (29/12/1999)

Le compositeur et joueur de clavier français présentera "Les Douze Rêves du Soleil", un spectacle où les projections vidéo, les jeux de lumières et les mélodies électroniques sont combinés

:: SON ET LUMIÈRE ::

Alors que la plupart des projets pharaoniques de stars pour célébrer le passage à l’an 2000 ont été annulés ou révisés à la baisse, Jean-Michel Jarre aura mené jusqu’au bout Les Douze Rêves du Soleil. A la tête d’une troupe de mille personnes, le musicien français présente sur le plateau de Guizeh un gigantesque son et lumière, » un opéra électronique » inspiré d’un épisode concernant Râ, le dieu Soleil. Ce spectacle, au coût de 60 millions de francs, fait l’objet de violentes critiques en Egypte liées à sa date, pendant les dix derniers jours du ramadan. Surtout, le 1er janvier 2000 n’a de sens que pour 1 % des habitants de la vallée du Nil.

Il y a quelques mois Les Douze Rêves du Soleil n’auraient pu être qu’une manifestation parmi d’autres noyées dans les cérémonies officielles estampillées an 2000. Dans la grande foire aux événements avaient été annoncées des prestations de David Bowie au bout du bout de la Nouvelle-Zélande, de Michael Jackson, des Rolling Stones, de Pink Floyd et de quelques autres stars de réputation internationale. Mais, suite à l’annulation ou à une révision à la baisse de la plupart de ces projets, c’est vers le spectacle que Jean-Michel Jarre devrait présenter dans la nuit du 31 décembre 1999 au 1er janvier 2000 sur le plateau de Guizeh, devant les pyramides de Chéops, Chéphren et Mykérinos, que se tournent tous les regards. Et en premier lieu ceux des caméras chargées de fournir des images des différentes célébrations aux deux consortiums (l’un britannique, l’autre américain) qui vont revendre aux télévisions des heures de programmes et qui recherchent en priorité du son et lumière à grand spectacle.

Au-delà de toute critique esthétique, Jarre a su, depuis son premier concert en plein air, place de la Concorde, à Paris, le 14 juillet 1979, combiner des projections vidéo, des jeux de lumières, sa musique aux mélodies évidentes, dont la techno actuelle reproduit à l’envi certains des éléments, à une mise en scène des lieux où il s’installe. Dans un studio de répétition à Vanves (Hauts-de-Seine), peu de temps avant son départ pour Le Caire à la mi-décembre, Jean-Michel Jarre explique une nouvelle fois que ses concerts "ne sont pas des concerts tout à fait comme les autres. On me dit souvent que je fais des choses spectaculaires, mais il ne faut pas confondre la taille et l’échelle. Quand on est en extérieur, l’échelle est différente, le plafond est plus haut, les perspectives sont différentes. J’aime bien l’idée du concert unique. On arrive comme des saltimbanques, on s’installe sur la place du village et on repart discrètement le matin". Sauf que dans son cas il lui faut bien admettre que les places de village ont une superficie de plusieurs hectares, que les saltimbanques transportent plusieurs tonnes de matériel et que, bon an mal an, les spectateurs se comptent en centaines de milliers, voire en millions de personnes. De l’artisanat à grande échelle.

:: ASPECT FITZCARRALDO ::
Après la Concorde, Houston, pour le vingt-cinquième anniversaire de la NASA, les quais de la Saône, à Lyon, pour la visite du pape Jean Paul II, les docks de Londres, Pékin, le Champ-de-Mars, l’université de Moscou, le parc du château de Versailles et d’autres lieux (dont, plus traditionnellement, des salles de spectacle fermées), Jarre et une troupe de près de mille personnes (ses musiciens, des musiciens traditionnels égyptiens et nubiens, l’orchestre de l’Opéra du Caire, des gens de spectacle, des techniciens locaux et des équipes européennes) prendront pour décor le désert de sable et les pierres des pyramides.

Sur le papier l' "opéra électronique" de Jarre a de l’allure, pour qui aime le genre. L’ancien élève de Pierre Schaeffer au Groupe de recherche musicale, parolier de Françoise Hardy ou de Patrick Juvet, auteur de musiques pour des spots publicitaires, s’est inspiré d’un épisode de la mythologie égyptienne (Râ, le dieu Soleil, passe en barque chaque nuit sous douze portes qui symbolise douze états différents de l’homme) pour découper son spectacle en douze étapes. Début après la dernière prière au coucher du soleil et fin avec le premier appel à la prière au lever du soleil. Le temps, l’éternité, la mémoire, le courage, l’innocence, la liberté seront évoqués à cette occasion. Au début du spectacle, des sons naturels accompagneront des projections sur les façades des pyramides. A partir de 22 h 30, Jarre et les différents musiciens s’installeront sur une scène érigée à distance des pyramides pour un mélange d’anciennes compositions, de thèmes écrits pour la circonstance et d’extraits de son nouvel album, Métamorphoses (Dreyfus Music, sortie en février 2000). A 1 h 30, ce sera au tour des musiciens traditionnels de tenir la vedette avant le retour de Jarre pour un final à l’aube.

Le tout sera filmé par le Britannique Mike Mansfield, un spécialiste des tournages de concerts pour la télévision. Dès la conception, qui remonte à l’hiver 1997, à la demande de l’Etat égyptien et en particulier du ministre de la culture, Farouk Hosni, j’ai tenu compte du fait que cela devait être filmé. J’espère que l’on arrivera à filmer la nuit, les petites choses dans les coins, les allumés qui vont de rave en rave dans le monde et qui sont attendus, en même temps que l’aspect Fitzcarraldo, démesuré, de cette aventure. Il faut que l’on s’approche des pierres, qu’on en sente la matière. Pour des raisons de sécurité et de protection du site, la capacité d’accueil des spectateurs payants a été limitée à cinquante mille personnes. Dix mille d’entre elles seront des privilégiés qui, contre la somme de 400 dollars (394,30 euros, 2 586,45 francs), seront à l’abri du froid dans des tentes où un buffet "cinq étoiles" sera servi et le concert diffusé sur des écrans géants. En face de la scène, en extérieur, il en coûtera 20 dollars (19,72 euros, 129,32 francs) pour les habitants et 50 dollars (49,29 euros, 323,31 francs) pour les étrangers pour assister à la même nuit.

:: DÉPLACEMENTS CONTRÔLÉS ::
A Paris, le producteur Jean-Claude Camus, habitué des grandes entreprises, notamment avec Johnny Hallyday, estime que le gouvernement égyptien ne devrait pas récupérer beaucoup d’argent sur un investissement de près de 60 millions de francs qui sur place a été régulièrement critiqué, comme l’a été la tenue du spectacle. "Pour la production dont j’ai la charge", explique Jean-Claude Camus, "c’est un coût de 45 millions de francs, dont 5 pour les transports. Quant à la somme de 400 000 dollars qui a été annoncée comme cachet pour Jean-Michel Jarre, si elle atteint moins de la moitié ce sera le maximum." Si à ce jour il n’y a pas eu de menaces sur les équipes qui préparent le spectacle, les routes qui mènent au site sont protégées par des militaires et le moindre déplacement est contrôlé. Une ambiance qui tranche nettement avec le message humaniste que Jarre s’applique soigneusement à transmettre.

La chaîne de télévision M6 diffusera, en différé, la partie du concert où Jean-Michel Jarre sera présent tandis que Radio FG le diffusera en direct avant un programme de musiques électroniques.

17:05 Publié dans Interviews / Presse | | Tags : 1999, égypte, coupure presse, le monde |  Facebook | | |

27 décembre 2013

Article de Ouest-France sur les concerts en Chine (14/11/1981)

1981,chine,shanghai,pékin,charlotte rampling,jean michel jarre


Donner une série de concerts de musique électronique, dans une Chine qui, dix ans durant, sous le règne culturel de Mao, avait vécu au rythme lancinant des sept seuls opéras tolérés par la censure, tenait de la gageure. C’est pourtant le pari qu’a gagné fin octobre Jean-Michel Jarre avec ses lasers et ses synthétiseurs : cinq concerts, cent vingt-cinq mille spectateurs, une curiosité et un enthousiasme sans bornes.

"Cela été une oeuvre de longue haleine", raconte J.-M. Jarre. "Tout avait commencé avec les fêtes du 14 Juillet que j’avais animées en 1979, place de Ia Concorde. Les Chinois furent intéressés : c’était l’époque de leurs quatre grandes modernisations. Suivirent pour moi trois voyages à Pékin où je parlai de ma musique et expliquai mes instruments. Lors de ma première visite, je laissai d’ailleurs quelques uns de ces instruments sur place : il n’y avait à l’époque que deux pianos dans tout Pékln… "

La préparation fut longue et difficile. Et d’abord la préparation "idéologique" ; un tel spectacle était-il montrable ? Pouvait-on présenter à un "public vierge" une musique aussi nouvelle, alors que la Chine avait refusé d’accueillir les ballets classiques, la peinture contemporaine américaine ou les Rolling Stones ? Finalement, les Chinois se décidèrent à lancer l’invitation officielle tant attendue, partant du principe que les synthétiseurs, parfaitement nouveaux, ne pouvaient être "décadents" et qu’un Jean-Michel Jarre, à tout prendre, était sans doute moins "bourgeois" qu’un Beethoven… Restait la préparation technique. Elle dut beaucoup à I’improvlsation ; seize tonnes de matériel et soixante personnes. cela ne se manie pas comme un quintette, même lorsqu’on loge à deux par chambre. Les Chinois avaient en outre tenu à ce que les musiciens français et un orchestre traditionnel chinois interprètent ensemble une vieille mélodie folklorique. Jean-Michel Jarre avait donc dû répéter à Paris, enregistrer sur cassette puis envoyer à Pékin ladite cassette. Les Chinois, sur cette base, enregistrèrent à leur tour, avant d’envoyer à Paris une nouvelle cassette. Et ainsi de suite…

Fin octobre, ce fut enfin, à Pékin, la première. "Avec tous ses impondérables. On avait bien prévu l’électricité", se souvient Jean-Michel Jarre. "Mais les câbles s’arrêtaient dans le coulolr. Pour trouver les deux cents mètres manquant, II fallut faire venir des cables spéciaux du centre de la Chine: deux jours et demi d’attente… A Shanghai, ce fut pire encore: pour fournir au stade l’électricité nécessaire, ou prolonger dans I’obscurité un quartier entier de la ville…" Et puis, poursuit J.-M. Jarre, "Il fallait tenir compte à Pékln du fait que le dernier autobus est à 9 h 15 et que les officiels exigeaient un entracte pour aller faire pipi…" Le succès remporté fit vite oublier toutes ces petites difficultés. Et cela bien que les techniciens chinois, captivés par le spectacle, en aient souvent oublié de s’occuper de leurs projecteurs. Un succès total, surtout lorsque J.-M. Jarre descendit dans la salle pour faire jouer les auditeurs. La sécurité est alors intervenue brutalement, matraquant quelque cinquante personnes. "Vous ne devez pas recommencer, me prévinrent les autorités. Cette foule est Incontrôlable. Il peut y avolr des morts…"

Aujourd'hui, que reste-t-il de cette « première » ? La satisfaction d’avoir laissé là-bas le premier disque de musique occidentale moderne. La satisfaction aussi d’avoir permis la construction du premier synthétiseur chinois. La satisfaction enfin d’avoir apporté à des Chinois, curieux et amicaux, quelque chose de neuf. Mais à côté de ces satisfactions, une sourde inquiétude: celle que la Chine officielle ne se referme très vite sur elle-même, comme surprise de son audace.

00:00 Publié dans Après-concert | | Tags : 1981, chine, shanghai, pékin |  Facebook | | |

26 décembre 2013

Interview au Matin: "Revisiter Oxygène m'a fait du bien" (12/2007)

2007,coupure presse,30 ans d'oxygène


:: Article publié le 16 décembre 2007 dans Le Matin :: On ne présente plus Jean Michel Jarre, l’un des Français les plus connus dans le monde. Trente ans après le succès effronté d’«Oxygène» et ses douze millions d’albums vendus, le musicien le remet au goût du jour.
"Quand j’ai fait «Oxygène», c’était chez moi, avec des moyens très modestes. Je m’étais dit qu’un jour je l’enregistrerais d’une meilleure manière. Alors qu’on parle de haute définition pour l’image et le son, j’ai réenregistré la version telle que je voulais l’entendre, avec les vieux instruments mais avec un son bien meilleur. C’est un concert sans public. Le public, c’est vous, devant votre écran de télévision", explique-t-il. Une version bonus permet même grâce à des lunettes fournies avec le DVD de visionner le concert en 3D. Rencontre avec un homme sur qui le temps n’a pas laissé de traces.

Quel regard portez-vous sur «Oxygène», trente ans après?
J’ai forcément un rapport affectif lié à cette musique qui a bouleversé ma vie personnelle et artistique. Ça m’a montré pourquoi je faisais cette musique et pas une autre. On a toujours considéré la musique électronique comme froide, robotique, alors que j’étais obsédé par le côté sensuel et organique des instruments.

Vous avez été un précurseur de la scène électronique. Que pensez-vous des suiveurs, comme Daft Punk?
Des groupes comme Daft Punk ou Air s’en sont sortis parce qu’ils sont de bons musiciens. Il n’y a pas de notion de progrès en matière de musique. Chaque génération apporte son lot de talent. Mais la musique électronique a charrié beaucoup d’ambiguïtés. On en a parlé à travers les DJ, or, au départ, ce ne sont pas des musiciens mais des passeurs de musiques des autres. Ce n’est pas du tout péjoratif mais c’est une autre activité. Ensuite, ces DJ ont voulu faire de la musique. Ce n’était pas très convaincant parce que ça n’était pas leur truc. On a tendance à assimiler la musique électronique à celles des dancefloors mais elle n’est pas un genre en particulier. C’est une manière de faire de la musique.

Qu’est-ce qui motive un nouvel album?
Souvent, des impulsions, des envies. Pour «Téo et Téa», j’ai traversé une période un peu compliquée dans ma vie privée et professionnelle et j’ai eu envie de faire un album assez dynamique, en utilisant des rythmes de dancefloor. Ce n’était pas un virage, juste une expérience. La notion de renouvellement est très dangereuse dans le trajet d’un artiste. Un artiste ne peut pas se renouveler; il a une chose à dire et il la dit toute sa vie de manière différente. Je pense qu’il est bon parfois de revenir à ses racines pour voir où l’on est sur le plan de l’identité artistique. Revisiter «Oxygène», psychanalytiquement parlant, m’a certainement fait du bien.

Vous êtes un pionnier et, pourtant, vous traînez une image de ringard. Comment l’expliquez-vous?
Je connais ça depuis toujours. A l’époque, «Oxygène» a été refusé par toutes les maisons de disque, c’était un ovni arrivé en pleine époque disco et punk. Je n’ai jamais été ni dans un mouvement ni reconnu comme appartenant à une vague particulière. Et les grands concerts que j’ai pu faire m’ont collé une image superficielle. On m’a souvent jugé sur les images de feux d’artifice sans nécessairement voir les raisons pour lesquelles je le faisais. On ne peut pas plaire à tout le monde et, finalement, je vis très bien avec cet état de confusion. Quand vous durez, forcément, à votre troisième album, vous êtes un vieillard. Alors à votre quinzième, c’est l’époque des dinosaures!

Pourquoi avez-vous si longtemps privilégié les concerts à l’extérieur?
Il y a plusieurs explications. D’abord, j’ai un côté un peu claustrophobe, et puis la musique électronique est une musique de laboratoire, de studio. On a envie de sortir, parfois. La troisième raison, plus profonde, c’est que j’ai envie d’entendre cette musique en extérieur. On est dans une époque où les lieux de concert cessent d’être des théâtres pour devenir des salles de congrès: il y a un congrès de parti politique le lundi, un match de boxe le mardi, une réunion de publicitaires le mercredi, et vous passez le jeudi, dans des ondes qui sont un peu contradictoires. Instinctivement, j’ai voulu investir des lieux plus vierges.

00:00 Publié dans Interviews / Presse | | Tags : 2007, coupure presse, 30 ans d'oxygène |  Facebook | | |

22 décembre 2013

"Ma mère est une héroïne de la Résistance" (1987)

France pejot,résistance,Klaus Barbie,Jacques Verges,Lyon

"Jean-Michel Jarre", chez Orban, est un très bel album avec des photos signées Charlotte Rampling, Helmut Newton, Armand de Wildenberg et des textes de Jean-Louis Remilleux. Il permet de revivre la magie de tous les concerts de Jean-Michel. Sort également un 33 tours rassemblant les meilleurs morceaux de ses concerts de Houston et de Lyon mais recréés en studio à partir des versions originales.

C'est France Jarre qui, la première, a accueilli Jean Moulin lorsqu’il est venu à Lyon, puis elle a été déportée a Ravensbnick. A2 a invité son fils dans toutes ses émissions et journaux, et diffuse son concert lyonnais en stéréo avec NRJ.

"Pardonnez-lui, cela fait trois jours qu’il ne dort pas…" En l’absence des propriétaires de céans – Jean-Michel sera de retour dans queIques minutes, Charlotte (Rampling) est au Texas où elle tourne un film policier et les enfants, Barnabé, Emilie et David, sont en classe – une pétillante dame très brune fait les honneurs de la maison de Jean-Michel Jarre, à Croissy, près de Paris. "C’est la dernière fois que I’on photographie le mobilier 1950 de Jean-Michel et de Charlotte. Le mois prochain, ils vont tout refaire." France Jarre, la mère de Jean-Michel, ne parait pas fâchée de voir disparaître les tables de formica et les lampes à abat-jour de plastique. "Savez-vous que c’est probablement à ma mère que je dois d’avoir eu l'envie de mon grand concert à Lyon, lors de la visite du Pape à l’automne 1986 ?", précise Jean-Michel.

:: L'inventeur du pick-up Teppaz ::
II est né a Lyon, en août 48, à l’hôpital de la Croix Rousse: "C’est grâce à ma mère, d’une vieille famille lyonnaise, et à mes grands-parents Jarre, eux aussi lyonnais, que j’ai gardé de très profondes attaches avec cette ville. Je n’y ai pas grandi puisque ma mère m’a élevé seule, modestement, à Vanves, mais j’y ai passé mes vacances jusqu’à l'adolescence." Jean-Michel se souvient qu’enfant, il était fasciné par les boutiques d’antiquités que tenait, à côté de celle de sa mère, aux Puces, le frère de Boris Vian. "Mes instruments – clavier à images ou harpe laser sont directement héritiers de son orgue à parfums ou de son violon trompette." Héritiers aussi de cette console de mixage dont son grand-père, André Jarre, fut I’inventeur avant de mettre au point le premier pick-up portable Teppaz. "Son atelier était pour moi une caverne d’Ali Baba où je passais des journées entières pendant mes vacances. Le concert de Houston : avec un million trois cent mille spectateurs, était impressionnant par ses dimensions. Celui de Lyon, lui, m’a particulièrement ému. Vous vous rendez compte la scène se trouvait exactement à I’endroit où ma grand-mère allait faire son marché. Mes grands-parents habitaient cours de Verdun. De la fenêtre, on voyait les boulistes. Maintenant, tout est bétonné."

Ce béton, qui a gangréné la ville et dont l'invasion a coïncidé avec la disparition de ses grands-parents, a tenu Jean-Michel quelque temps éloigné de sa ville natale. Mais l’empreinte restait puissante. "Quand j’ai su que le pape allait venir à Lyon, j’ai aussitôt sauté sur l'occasion que m’offrait I’actualité pour faire connaître cette ville particulièrement complexe et attachante. Lyon est à la fois très religieuse et très franc-maçonne. C’est une ville très florentine et très européenne, de par sa position de carrefour entre l’Europe latine et l’Europe du Nord. C’est, enfin, une ville du passé tournée vers le futur. Et en pleine actualité avec la visite du Pape, puis aujourd’hui, avec le procès Barbie." Un procès que la mère de Jean-Michel suit avec beaucoup d’attention. "Au début de la guerre, elle tenait un commerce de lingerie féminine, La Lingerie pratique, et c’est une héroïne de la Résistance. Lorsque Jean Moulin est venu à Lyon, c’est elle qui, la première, l'a accueilli. Trois fois arrêtée, elle a été trouvée la troisième fois – quinze jours avant la Libération de Paris – en possession de tous les plans de l’insurrection à Paris. Elle a été déportée à Ravensbrück dont elle n’est revenue qu’un an plus tard."

:: La médaille de De Gaulle ::
Dès 1942, France Jarre recevait de Londres sa médaille de la Résistance que Charles De Gaulle lui avait fait envoyer et qu’elle reçut d’un parachutiste. Elle devait être la première femme résistante ainsi récompensée: "Ma mère redoute un peu le 'cirque' que Verges crée autour de ce procès, mais contrairement à d’autres, elle estime que ce procès est indispensable. En ce qui me concerne, je pense qu’en dépit des révélations choquantes et scandaleuses que risque de faire Verges, et qui viseront à salir des résistants et même, je crois, des Juifs, notre époque, et les jeunes surtout, est assez adulte pour s’accommoder d’une vision de I’Histoire moins monolithique que celle qui nous a été enseignée à nous." C’est parce qu’il pense, aussi, que le troisième millénaire sera celui de l’intégration du passé et du modernisme le plus avancé, que Jean-Michel Jarre a pour prochain projet la réalisation d’un concert-show à Londres, dont les anciens docks réaménagés accueillent, dans ce qui fut le coeur de l'Angleterre du passé, les industries et les installations les plus révolutionnaires: "Le concert, expliquait-il, aura lieu en septembre. II ne me reste plus que trois mois pour écrire la musique et monter le spectacle. Je cours sans cesse après le temps, surtout en ce moment, mais la journée d’Antenne 2 me satisfait pleinement. Rendre compte à la fois de l’actualité et des émotions qu’elle suscite en moi, c’est précisément la raison d’être de mes spectacles où je mêle différentes formes d’expression, images, musique et sons." Il y a, dans le programme d’été de Jean-Michel Jarre, beaucoup de nuits blanches en vue. Car celui que la presse a sacré "pape de la musique futuriste", et qui a conquis le monde avec trente millions de disques vendus, est avant tout un passionné…

Article rédigé par Martine Bourrillon dans Télé 7 Jours le 1er juin 1987.

12:25 Publié dans Interviews / Presse | | Tags : lyon, 1987, maman |  Facebook | | |